S’il est un village qui mérite son qualificatif d’Aigues, c’est bien celui-ci. Le mot « Aïgue » ou « Aygue » est la forme francisée de termes issus du provençal, lui-même issu du latin aqua et qui a pour signification « eau ». En effet, le territoire de la commune est traversé par quatre rivières, et il est situé en bordure de l’étang de la Bonde, le plus grand plan d’eau du département. Niché au milieu d’un écrin de verdure, entouré par les genêts au mois de juin, La Motte d’Aigues est un joli petit village tranquille, aux ruelles pittoresques et aux belles maisons de notables. Prenez le temps de le découvrir à pied, lors d’une randonnée ou tout simplement en vous y arrêtant lorsqu’il se trouve sur votre passage.

localisation du village de la Motte d'Aigues sur la carte

Un village aux traditions Vaudoises

Situé sur le piémont de la montagne du Grand Luberon, La Motte d’Aigues enchante par son cadre naturel et la qualité de son patrimoine. Village Vaudois au XVIe siècle, il connut une histoire mouvementée, mais aujourd’hui, il est recherché pour son calme et sa tranquillité en pleine campagne. La Motte d’Aigues fait partie de le communauté de communes COTELUB. C’est un des rares villages du Sud Luberon à ne pas faire partie du Parc Naturel Régional du Luberon. Sa proximité avec le département des Bouches du Rhône, et situé à seulement 15 minutes en voiture de Pertuis (10,2 kilomètres), 40 minutes d’Aix-en-Provence (33 kilomètres) ou encore 1 heure de Marseille (64 kilomètres) en fait le point de départ idéal pour séjourner et rayonner dans le Luberon et la Provence. Les habitants du village de La Motte d’Aigues s’appellent les “Mottassins”.

La Motte d'Aigues

Les origines du village

Le site du village est habité depuis la préhistoire et l’Antiquité. Une nécropole gallo-romaine contenant six corps ont été retrouvés ainsi qu’un bloc sculpté, des débris de verres, un vase en céramique intact et des morceaux de tuiles. Cet ensemble a été daté du Ier siècle. Le village fut fondé au Moyen-Âge, vers le XIe siècle. Il est désigné en tant de Mota Aiguerii et comme une dépendance de l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon.

Complètement déserté pendant la seconde partie du 15ème siècle, ce fief a été donné par le Roi René à Fouquet d’Agoult qui décide de créer une réserve d’eau pour le château de la Tour d’Aigues et fit construire un aqueduc. L’étang dit “de la Bonde” ainsi constitué permit l’irrigation de toute la vallée d’Aigues. Mais la Motte étant restée inhabitée, en 1505, Louise d’Agoult, tutrice de son neveu François de Bolliers, seigneur de la Motte, la Tour-d’Aigues et Cabrières, signa un acte d’habitation pour repeupler ces terres. Elle fit appel pour cela à des Piémontais, adeptes du valdéisme. Ils furent parmi les premiers Vaudois du Luberon.

En 1545, l’Edit de Mérindol condamne le village de la Motte d’Aigues comme 23 autres villages vaudois du Luberon. Le tout, sous la direction du premier président du parlement d’Aix, le baron d’Oppède, les villages sont pillés, les hommes massacrés ou envoyés aux galères. Il y eut presque 3 000 personnes exterminées en 5 jours. Les terres furent confisquées et les biens pillés bradés pour payer les soldats.

La source du Mirail

Au pied de la montagne du Luberon, longeant une petite rivière, une petite balade vous amène à la source de Mirail. Délivrant de l’eau potable et alimentant l’étang de la Bonde, elle fut l’objet de toutes les convoitises dès le Moyen-Age et fit notamment l’objet de nombreux conflits entre seigneurs de la vallée d’Aigues. La source du Mirail trouve son intérêt au XVe siècle, lorsque le seigneur Fouquet d’Agoult entreprend l’aménagement d’un point d’eau, en l’occurrence l’étang de la Bonde, pour alimenter la région. La source du Mirail est un témoin magnifique du temps, pour l’instant gardé intact. La balade se termine par la découverte des ruines d’une ancienne bastide, la Bastide du Bois, ancienne campagne ayant appartenu à Jean-Baptiste Jérôme de Bruny, héritier de La Tour-d’Aigues en 1772, bouillonnant d’idées, qui tenta en 1774 d’y acclimater des chèvres angoras.

L’Etang de la Bonde

Etang de la Bonde

En 1470 l’étang de la Bonde, un vaste étang est créé par Foulquet d’Agoult pour alimenter les douves du château de la Tour d’Aigues grâce à un aqueduc. C’est le plus grand plan d’eau du département du Vaucluse, il est alimenté principalement par la Source du Mirail. Le Château de La Bonde, grande bâtisse jouxtant l’étang, fut le centre d’un domaine viticole établi au XIXème siècle, comprenant 130 hectares de terres, plusieurs métairies (La Ferme du Château, la Petite Bonde, la Félicianne), une colline et l’étang (30 hectares). Le château à proprement parler est une maison de maître privée édifiée au bout d’une allée de platanes bicentenaires, prolongée par une aile en retour abritant une chapelle domestique et flanquée par l’élégante tour de l’horloge.

L’Eglise Saint Florentin

eglise de la motte d'aigues

Les murs remonteraient à la fin du XIVème siècle mais la façade est plutôt du XVIIème siècle, en effet, sur le linteau d’une de ses portes a été gravée la date de 1618. Comme le village de la Motte d’Aigues était un foyer protestant important, St Florentin a été transformé en temple en 1560 (juste après la mort du roi persécuteur Henri II), reprise en mains par les catholiques et restaurée au XIXème siècles. Intérieurement, l’église est marquée par des réparations faites à cette époque. À l’extérieur, elle est immergée dans un environnement de maisons. Trois ans après la révocation de l’Edit de Nantes et la conversion forcée de la totalité des habitants du village de la Motte d’Aigues (résultat, ici comme à Cabrières d’Aigues et Lourmarin, d’une persécution lente, sans violence, mais implacable) l’Eglise retrouve sa prépondérance. Les « nouveaux convertis » ne fréquentent l’église que lorsque des sanctions pénales les menaçaient ou quand ils souhaitaient se marier, et le mariage fait, ils n’y paraissaient plus de leur vie. Cette paroisse est de nos jours fusionnée avec celles de Lourmarin et de Cabrières d’Aigues.

Le Temple

Le temple protestant de La Motte d'Aigues

Le temple de la commune a eu une histoire plus mouvementée. Un premier temple est réalisé sur l’emplacement du temple actuel (entre 1633 et 1641), puis démoli à la suite des mesures prises par Louis XIV (en 1663). Après la Révolution on assista au retour de quelques familles exilées à la suite du massacre des Vaudois. Un nouveau temple est alors édifié en 1817 avec beaucoup de malfaçons et ne tardera pas à tomber en ruine à la fin du XIXème siècle. Il fut reconstruit au cours de l’année 1904 et il put être inauguré le 30 juillet 1905.

Malgré la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, les églises érigées avant la loi de 1905 sont devenues propriétés de l’Etat, qui les prête gratuitement aux églises. Depuis, elles sont entretenues à ses frais. La plupart des églises catholiques, la moitié des temples protestants, le tiers des synagogues appartiennent aujourd’hui à l’Etat.

Les personnalités liées à la commune

Le village peut s’enorgueillir de quelques personnages illustres qui y vécurent. Dans les toutes premières années du XVIème siècle, le Luberon, vidé de ses habitants par la guerre de cent ans, fut en effet repeuplé par des vaudois du Piémont italien. Experts en irrigation, ces paysans à la main verte avaient descendu la vallée de la Durance, au fil de la transhumance, pour faire refleurir les collines de Provence, permettant à leurs seigneurs venus d’Italie de bâtir les tous premiers châteaux renaissance, comme Lourmarin et La Tour d’Aigues.

Une partie des vaudois du Luberon réussit à s’échapper pour fuir vers les Cévennes. Une autre partie fuit beaucoup plus tard vers la Hollande, en 1689, après la révocation de l’Edit de Nantes. De là, 180 d’entre eux embarquent sur trois navires à destination de la colonie du Cap, fondée une quinzaine d’années plus tôt. Leur arrivée fait tripler la population de la petite colonie hollandaise. Le quart de ces « huguenots d’Afrique du Sud » venait d’une poignée de villages vaudois du Luberon. Deux de ces vaudois, Pierre Joubert et Jean Roy, ont alors fondé des domaines viticoles mondialement connus, ainsi que les villages de Provence, de Lamotte et de La Roque. Aujourd’hui, dans une Afrique du Sud où 20% des noms de famille blancs sont français, l’héritage vaudois est incontestable.

Autre personnage illustre de La Motte d’Aigues, Gustave Fagniez (1842-1927), écrivain et académicien, était propriétaire du château de la Bonde au bord de l’étang du même nom.

Que faire à la Motte d’Aigues ?

La Motte d’Aigues jouit d’une situation privilégiée dans le Sud Luberon, en dehors des sentiers battus. Les randonnées sur la montagne sont à portée de chaussures, puisqu’elle se situe dans le jardin du village. Et si vous êtes plutôt VTT, enfourchez votre fidèle machine et pédalez sur le circuit n°31 tracé par Vélo loisir Provence, “de l’étang de La Bonde au sentier géole”, qui vous emmènera jusqu’à l’étang de la Bonde et sur la montagne. Vous aurez ainsi un bel aperçu de la campagne de La Motte d’Aigues !

Jours de marché et saveurs locales

Le marché nocturne de la Motte-d’Aigues a lieu les jeudis de début juin à fin août à partir de 18h. Pas moins de 15 exposants y vendent des fruits, légumes, vêtements, ustensiles, jouets ou autres produits alimentaires. Venez faire vos emplettes à la tombée de la nuit au son de la musique pour un instant de détente et de convivialité. À proximité du village, Stéphane Despax élève dans un parc plein champ des escargots qu’il cuisine ensuite, rendez-lui visite, il vous fera visiter son exploitation “Les Escargots des Valanques” et découvrir ses produits. Si vous recherchez un cadre magnifique pour savourer un verre en terrasse, ou un bon repas, vous devez absolument vous assoir au Café du Lac, à l’étang de la Bonde. De là, vous embrasserez du regard le lac et la montagne, le panorama y est fabuleux ! À La Motte d’Aigues, vous aurez aussi la chance de goûter aux délicieuses viennoiseries et pâtisseries du Fournil Mottois, une boulangerie pâtisserie artisanale très appréciée des Mottassins.

Top 6 des incontournables à faire à La Motte d’Aigues

  1. S’assoir à la terrasse du Café du Lac de l’étang de la Bonde, et contempler le Luberon
  2. Découvrir l’exploitation “Les Escargots des Valanques”
  3. Partir à vélo sur les petites routes des alentours, et découvrir La Motte d’Aigues à deux roues
  4. S’assoir sur la petite place à l’ombre de la majestueuse glycine
  5. Visiter le petit temple vaudois (début XXe) en haut du village
  6. Se rendre au marché nocturne le jeudi soir en saison
La Motte d'Aigues en Luberon - que voir ? Que faire ?

Excellent séjour dans le village de la Motte d’Aigues en Sud Luberon !

Vous aimez nos villages ?

Partez à la découverte des autres villages du Sud Luberon ! À 30 minutes d’Aix-en-Provence, visitez ces communes fleuries, de caractère. Des plaines, trésors insolites et authentiques vous attendent à chaque village. Entre vignes, forêt et lavande, les villages du Sud Luberon ne cessent de surprendre et de charmer par leurs marques du temps avec leurs châteaux impressionnants et leurs remparts, vestiges d’une époque révolue mais d’un Art de vivre transmis de génération en génération.

La Bastidonne

Arpentez les ruelles du village de la Bastidonne, admirez le lavoir couvert et l’église romane du XIIème siècle dans ce […]

La Bastide des Jourdans

Faire une halte au village de la Bastide des Jourdans, c’est se poser à la jonction de la Basse et […]

Cucuron

Le village de Cucuron est certainement l’un des plus beaux villages du Vaucluse, une pépite qu’il faut prendre le temps […]

Cadenet

Le village de Cadenet, perché entre Pertuis et Lourmarin, offre une vue panoramique sur la Durance, le Luberon, la Sainte-Victoire […]